URGENT – Retour sur le CHSCT extra. du 11 janvier 2022 (14h-15h)

Rédigé le 11/01/2022
UNSA

Chiffres COVID

Forte augmentation des contaminations.

Sur décembre 66 agents COVID.

Et du 1er janvier au 11 janvier : 61 agents positifs COVID.

Au total 11% d’agents du Conseil régional touchés par le COVID depuis mars 2020.

Débats CHSCT

L’UNSA avait demandé la tenue d’un CHSCT extraordinaire pour étudier et valider des nouvelles mesures de protection pour les agents du Conseil régional. L’UNSA a été entendue sur ce point avec l’organisation d’un CHSCT ce mardi 11 janvier 2022.

Passage en PCA et télétravail renforcé pour les agents des sièges ce qui est positif et conforme à ce qui avait été demandé par l’UNSA.

L’UNSA a demandé que les agents en télétravail et soumis à une forte activité professionnelle puissent comptabiliser leurs heures au réel et non au forfait. Le VP Hicham Boujlilat confirme que la DRH regardera au cas par cas. Le VP Michel Neugnot confirme le travail soutenu des agents y compris pour tenir les délais de production des rapports aux élus.

L’UNSA a fait remonté la situation des agents cas contact non complètement vacciné ou pas vacciné du tout. Ces collègues se retrouvent en ASA en protection (ce qui est très bien pour eux) à l’isolement pendant 7 jours alors que les agents vaccinés qui sont des cas contact sont maintenus au travail. Cette situation peut faire apparaître des tensions dans les collectifs de travail et peut mettre à mal la continuité du service public (dans certains lycées 2/3 des agents absents car cas contact donc le service général repose sur une poignée d’agents vaccinés sur-sollicités).

Pour info et pour être plus clair (à force d’annonces qui changent tous les jours, on n’y voit plus très clair…), il semble aussi important de rappeler la définition d’un cas contact :

Cas contact = agent en contact avec une personne positive au Covid-19 sans mesure de protection efficace : 

  • absence de séparation physique créant deux espaces sans communication – vitre, Hygiaphone –  ; 
  • absence de masque porté par le cas confirmé ou probable ET la personne-contact (masque chirurgical (ou FFP2, tissu AFNOR  avec filtration supérieure à 90 %)).  Ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces :
  1. masques en tissu grand public de catégorie 2 ;
  2. masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes Afnor ;
  3. visières et masques en plastique transparent portés seuls ;
  4. plaque de Plexiglas posée sur un bureau

Pour l’UNSA, l’enjeu de la situation actuelle pour la continuité du service public est bien la question des cas-contacts et donc l’accès aux tests rapidement.

La solution, pour l’UNSA c’est de fluidifier l’accès aux tests (dans les sièges et dans les lycées).

En réponse, sur l’accès aux tests et le temps de se faire tester : le DGS confirme que si des agents doivent se faire tester, ils le font sur temps de travail. Dans les lycées, le DGS confirme que les agents auront l’accès rapide aux auto-tests de l’Education Nationale.

Voici les décisions prises en CHSCT :

  • Masques FFP2 sièges : 4 000 masques FFP2 seront disponibles semaine prochaine dans les accueils (sur demande)
  • Masques FFP2 lycées et CREPS : 26 000 masques FFP2 livrés semaine prochaine au prorata des effectifs (pour les agents les plus fragiles, agents à l’accueil ou les plus exposés au public). 8 masques par agent.
  • Autotests pour les agents des lycées : accès aux autotests mis à disposition par l’EN et la DRAAF. Le Recteur vu le 10 janvier 2022 par le DGS a indiqué que l’Éducation Nationale avait commandé 11 millions d’autotests. Il s’est engagé au libre accès pour nos agents.
  • Autotests pour les agents du CREPS : dotation de quelques autotests en complément de leur dotation propre.
  • Autotests pour les agents des sièges : nouvelle commande de 1000 tests a été passée avant Noël (livraison semaine 2, à disposition des accueils de chacun de ces sites. Commande supplémentaire de 1000 tests + commande de 1 000 écouvillons (écouvillons des tests de 2021 périmés donc retournés à Boiron).
  • Décision de passer de 100 à 150 le volume des agents non titulaires qui peuvent être recrutés (jusqu’aux vacances de février) pour remplacer les agents absents dans les lycées : si besoin de renforts, les établissements doivent en faire la demande à la Région.